Ce que vous devez savoir

Questions fréquemment posées.
Ce que vous devez savoir…
Un peu de pédagogie
Le b.a ba pour ne pas se faire piéger
Les technologies photovoltaïques

Les différentes offres commerciales

 

Énergie solaire : Ce que vous devez savoir…

NOETEC, en plus d’être une entreprise citoyenne, est aussi une marque qui véhicule un esprit de qualité, de durabilité, d’innovation, de conseils, d’accompagnement.Vous trouverez dans cette rubrique des conseils et recommandations qui vous permettront de faire le bon choix parmi toutes les technologies proposées dans le secteur du photovoltaïque.

 

Un peu de pédagogie

Schéma sur le fonctionnement d’un Générateur Electrique Solaire2013-NOETEC-PEDAGOGIE 1.pdf

Le b.a ba pour ne pas se faire piéger

5 recommandations :

1 / quel que soit votre projet, faites-vous accompagner par un spécialiste et assurez-vous qu’il l’est bien.

2 / évitez les sites internet ou les entreprises purement commerciales qui n’ont qu’un objectif : VENDRE.

3 / comparez ce qui est comparable car toutes les technologies ne se valent pas (voir le chapitre sur les technologies photovoltaïques).

4 /méfiez-vous des produits bon marché qui n’offrent aucune garantie de qualité. Or, la qualité est synonyme d’investissement durable.

5 / soyez conscient que l’indépendance énergétique est le défi de demain qui se joue dès aujourd’hui. Etre éco citoyen c’est aussi faire des économies d’énergie, investir dans des technologies adaptées pour limiter les déchets industriels. LE DEVELOPPEMENT DURABLE, C’EST DE L’INVESTISSEMENT DURABLE.

Les technologies photovoltaïques

En règle générale, une installation photovoltaïque est composée de :

• un ou plusieurs panneaux photovoltaïques,

• un caisson technique doté de :

• un régulateur de charge,

• une ou plusieurs batteries,

• un ou plusieurs onduleurs – onduleurs / chargeurs,

• un ensemble de prises et de composants de protection électriques (disjoncteurs, fusibles, etc.)

Les panneaux photovoltaïques.

il existe 4 technologies :

• « amorphe » souvent proposée sous forme de panneaux flexibles : rendement de 5 à 7 %.

• « polycristallin » proposée sous forme de panneaux rigides : rendement de 11 à 15 %.

• « monocristallin » proposée sous forme de panneaux rigides : rendement de 12 à 18 %.

• « composite » ou « tandem » proposée sous forme de panneaux rigides composés notamment d’une couche amorphe et d’une couche polycristallin : rendement de 18 à 20 %.

Le choix dépend de plusieurs critères : surface disponible, taux d’ensoleillement, capacité voulue, moyens financiers.

Les régulateurs de charge.

Cet appareil est raccordé entre les panneaux photovoltaïques et les batteries. Il permet de recharger ces dernières tout en les préservant.Il existe deux technologies :

• PWM (Pulse With Modulation).

• MPPT (Maximum Power Point Tracking).

La technologie MPPT augmente la vitesse et la qualité de charge des batteries. Elle est surtout utilisée pour des installations de plus de 300-500 Watts crêtes.Il est important de connaître la tension et intensité d’entrée des panneaux photovoltaïques et des batteries (12 – 24 – 48 V DC).

Les batteries.

Il existe plusieurs types et plusieurs qualités de batteries. La plupart du temps elles sont au plomb, étanches ou pas mais le choix reste une question de spécialiste. Il est donc essentiel de vous faire aider pour faire le bon choix.

Les onduleurs et onduleurs / chargeurs.

Les onduleurs sont des appareils qui transforment la basse tension venant des batteries en une tension plus élevée.

Les onduleurs / chargeur (ou onduleur / inverseur) ont en plus une fonction de chargeur de batterie. Ce type d’appareil est destiné à être raccordé à une source électrique ( réseau électrique ou groupe électrogène thermique) afin de prendre en charge les coupures d’électricité (mode Back-Up). Pour ce mode d’utilisation, l’énergie est puisée dans les batteries.Il existe deux technologies d’onduleur : pur sinus et quasi sinus :Avec la technologie pur sinus, le signal de sortie en 220 V AC ou 110 VAC 50-60 Hz est de très bonne qualité. Les appareils que vous allez y raccorder sont préservés des risques de panne.

Avec la technologie quasi sinus le signal de sortie est de moins bonne qualité. Moins onéreuse, elle est donc moins fiable et les risques de détériorer vos appareils sont importants.Pour la fonction chargeur inverseur, il est important:

1 / que le temps de transfert au moment des coupures d’électricité soit de moins de 20 milisecondes afin que certain appareils ne subissent pas de microcoupures,

2 / que cette technologie soit équipée d’un fonction qui scrute et corrige continuellement la qualité de l’électricité du réseau notamment en ce qui concerne les sur ou sous tensions.

Cette protection évite que ces sur ou sous tension soient transmises à vos appareils qui en subiraient les conséquences.Il est impératif que ces appareils (et plus particulièrement ceux qui ont une fonction de chargeur) soient configurés en fonction de votre installation. Cette configuration est particulièrement importante pour les batteries (durée de vie optimisée).

2012-NOETEC-TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAIQUE-1.pdf

Les différentes offres commerciales

Le secteur des énergies renouvelables soufre d’offres de mauvaise qualité ou inadaptées. Ces offres conduisent invariablement à des mécontentements qui aboutissent à l’idée que cette technologie n’est pas au point, n’est pas efficace. Ceci n’est pas vrai si vous prenez quelques précautions.Il existe plusieurs offres pour les sites soumis à des coupures d’électricité, pour les sites isolés ou tout simplement pour vous permettre de faire des économies d’énergie.

Voici les 3 principales:

Les kits.La plupart du temps, les kits proposés sur les sites internet marchands non professionnels, ne sont pas complets et nécessitent l’intervention d’un installateur. A cela s’ajoute le risque d’acheter des technologies peu fiables, des compositions et des puissances photovoltaïque inadaptées (voir le chapitre sur les technologies photovoltaïques).

  • Notre conseil : Renseignez-vous sur la qualité des composants, la quantité d’énergie qui sera produite tout au long de l’année, le coût total d’installation et faites jouer la concurrence pour comparer les offres.

Les groupes électrogènes solaires ou photovoltaïques.Quand on parle de « groupe électrogène solaire ou photovoltaïque », on pense souvent à un « groupe électrogène thermique » associé à une technologie photovoltaïque. Ceci est parfois vrai car il existe des offres de ce type. Le problème majeur de ce genre de produit hybride est le ratio de production d’énergie photovoltaïque, souvent très inférieure à la production thermique. De plus, les puissances affichées en kVa par ces appareils donnent une idée totalement fausse sur les capacités réelles de la technologie photovoltaïque. En somme, ce n’est pas parce que vous installez 2 kWc (Kilo watts crêtes) de panneaux photovoltaïques sur votre voiture de 100 Cv qu’elle sera solaire et qu’elle ne consommera plus de carburant.

  • Notre conseil : faites en sorte de bien comprendre quelle est la part du thermique et du photovoltaïque dans la production d’énergie et quel sera le coût d’exploitation.

Pour les autres offres 100 % photovoltaïques, très souvent les panneaux restent à installer. La situation est donc quasiment la même que pour les kits photovoltaïques qui nécessitent l’intervention d’un installateur.

  • Notre conseil : Renseignez-vous sur la qualité des composants, la quantité d’énergie qui sera produite tout au long de l’année, le coût total d’installation et faite jouer la concurrence pour comparer les offres.Les « n’importe quoi ».il ne suffit pas de prendre une boite, d’y installer un onduleur, une batterie, un régulateur de charge et un panneau photovoltaïque pour en faire un groupe électrogène solaire ou un générateur électrique solaire efficace et fonctionnel. Et pourtant ce type d’offre existe !

Éléments structurels à prendre en compte :

Comme vous le savez, la chaleur est l’ennemi de l’électricité. Un boîtier technique fermé par un panneau photovoltaïque se transforme en four même s’il est équipé de grilles d’aération. Or, plus la température monte, plus le rendement des batteries diminue. Enfin, à plus de 55 ° C, les onduleurs cessent généralement de fonctionner. Il est donc essentiel d’éviter ce type de conception. Ce phénomène est identique lorsque le rayonnement solaire vient frapper directement un caisson technique.Les panneaux photovoltaïques, quant à eux, peuvent se casser suite à un choc violent ou bien se détériorer sous l’action des vents de sable (tempêtes). Il est donc important de les protéger, de les aérer pour limiter leur échauffement et de les nettoyer pour maintenir leur efficacité. Le vent seul peut aussi avoir une incidence importante car un panneau photovoltaïque est comme une voile : si la structure qui le maintient n’est pas assez solide, elle peut se casser.Enfin, les conditions climatiques peuvent rapidement détériorer les structures en fer ou en acier même traitées. Cela est le cas notamment dans des zones comme les Caraïbes où l’air salin conjugué à la chaleur a pour conséquence de tout faire rouiller . Le choix d’utiliser de l’acier inoxydable 316 L et de l’aluminium 6060 est l’assurance de conserver une structure en bon état pendant de nombreuses années.Exemples de dimensionnement :Le fonctionnement d’un onduleur qui puise son énergie dans une ou plusieurs batteries est étroitement lié à la capacité et la technologie de ces dernières. Par exemple, si vous avez une batterie de 100 Ah en classe C10, elle délivrera environ 10 Ah à 25 °C en 12 V CC soit environ 0.75 Ah en 220 V AC 50-60 Hz. Si la puissance d’un onduleur est de 800 VA soit 700 Watts à 25°C en 220 V AC 50-60 Hz, il lui faudra recevoir 3.18 Ah. Conclusion: la capacité batterie est trop faible : 0.75 Ah pour 3.18 Ah. Pour cette exemple, la capacité batterie sera au minimum de : 3.18/.75 = 4.25 x 100 Ah soit 450 Ah (Cette exemple est une approche).Si un panneau photovoltaïque de 100 Wc (Watts crêtes) est utilisé au mois de juin à Marseille, il produira environ 0.484 kWh par jour alors qu’à Londres il en produira 0.365 kWh. Donc, la production d’électricité est étroitement liée à la zone géographique qui conditionne la charge batterie. A Marseille, cette charge sera d’environ 35-40 Ah alors qu’à Londres elle sera d’environ 25-30 Ah. Or, si la capacité de la batterie est de 200 Ah, il faudra entre 3.5 et 5.5 jours pour la charger à 100 % (charge = 70% de 200 Ah soit 140 Ah).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *